Une fois votre récolte faite, les hausses retirées, vous pouvez commencer votre traitement contre le Varroa. Plus c’est fait tôt, mieux c’est !

Tout apiculteur est tenu de déclarer chaque année entre le 1er septembre et le 31 décembre les colonies d’abeilles dont il est propriétaire ou détenteur. La téléprocédure de déclaration des ruches est disponible en ligne en cliquant ici DECLARATION

DEPHASAGE DU MIEL:

le déphasage du miel est une séparation du fructose et du glucose qui laisse la partie inférieure du pot cristalliser et la partie supérieure liquide.

Si le déphasage est récent on pourra le consommer, refondu en cuisine (levain, gâteaux), mais surtout pas être vendu. Pour cela, il ne faudra pas que le miel déphasé ait une odeur de vinaigre, remonté de bulles sur les parois du pot, de la mousse en surface ; qui sera un début de fermentation donc pas du tout consommable.

Un miel trop humide, brassé ou soumis à une forte variation de température peut se déphaser. Ce liquide risque de ce dégrader plus vite. Il vas devenir plus sombre, et risque de changer de goût, voire de fermenter. Le miel peut mousser, pésenter des bulles, et prendre des odeurs d’alcool ou de fermenté, IL NE DEVRAIT PLUS ETRE CONSOMME.

 

MARBRURE DU MIEL:

Il s’agit de la cristallisation de certains sucres. Celles-ci peut se produire dans certaines conditions de température si le miel est bien sec. Bien que parfois considérées comme un défaut, ce phénoméne serait plutôt un signe de qualité. Il met en évidence un miel très sec, gage de bonne conservation.

Le gouvernement lance une consultation pour le plan pollinisateurs.

Depuis plusieurs décennies, un déclin préoccupant des insectes pollinisateurs sauvages et des pertes croissantes de colonies d’abeilles mellifères sont observés. Différents facteurs viennent influencer leur survie et leur développement : les capacités d’accueil des territoires (offrant habitats et ressources alimentaires), les dangers biologiques à l’origine de maladie, les prédateurs, les parasites, les pesticides, le changement climatique, les activités humaines et l’anthropisation des milieux, les modalités de gestion et d’exploitation des territoires notamment agricoles, forestiers, urbanisés.

Considérant la situation et l’urgence à agir, le Gouvernement a décidé d’accélérer la mise en place d’actions ambitieuses pour lutter contre le déclin des insectes pollinisateurs. Leur préservation constitue en effet un enjeu majeur pour maintenir les capacités de production alimentaire et la diversité des espèces animales et végétales essentielle aux équilibres des écosystèmes.

Le plan, mis ce jour à la consultation du public, a pour objectif de mobiliser l’ensemble des acteurs et des leviers en faveur des insectes pollinisateurs et de la pollinisation. Il s’organise autour de 6 axes permettant d’amplifier les actions qui concourent à leur préservation et à leur valorisation en engageant toutes les parties prenantes à agir en leur faveur.

LIEN PLAN POLLINISATION