JUIN R. Hummel & M. Feltin 2014

QUE SE PASSE-T-IL A L’INTERIEUR DE LA RUCHE

C’est le mois du solstice d’été, la ponte de la reine est au maximum ce mois-ci avant de décroître à nouveau le mois prochain. Les floraisons battent leur plein et le début du mois dans notre région est souvent le début de la miellée d’acacia tant attendue par certains apiculteurs. Les températures du mois de juin sont le plus souvent idéales pour le développement de nos colonies. La reine pond énormément, les provisions rentrent sans interruption et les cadres se remplissent à vue d’œil.

CE QUE DOIT FAIRE L’APICULTEUR SUR LES RUCHES

Il faut absolument surveiller les hausses, dès qu’elles semblent pleines au ¾ ou que toutes les ruelles sont bien occupées, n’hésitez pas à rajouter une hausse. N’oubliez pas que si vous devez faire construire des cadres, c’est votre dernière chance. « Pour que ça cire, il faut que ça mièle » dit-on, or ce mois de juin les abeilles vont construire de moins en moins jusqu’à ne plus construire du tout, fin du mois. Effectivement, fin du mois les fleurs vont se faire de plus en plus rares et les rentrées de provision vont diminuer. La nourriture se faisant plus rare, la reine aussi va être moins nourrie et diminuer sa ponte en conséquence. La population des ruches est à son maximum en ce mois de juin, mais va diminuer petit à petit jusqu’au printemps prochain.

Attention, ce n’est pas parce que nous sommes au mois de juin qu’il n’y aura plus d’essaimage, au contraire les colonies sont très peuplées, les températures sont élevées et il y a de grosses rentrées de nourriture, toutes les conditions sont réunies pour faire monter la fièvre d’essaimage. Restons donc vigilant et gardons nos caisses à essaim à portée de main.

Essaimage de juin :

Les essaims du mois d’avril et mai sont intéressant parce que ces nouvelles colonies naissent alors que les miellés battent leurs pleins. Un gros essaim primaire donnera souvent une belle petite récolte de miel en fin de saison. Il n’en est pas de même pour les essaims primaires de juin et encore moins pour les essaims secondaires. Bien que très en forme, ils ont le temps de construire et de se développer, mais la saison des grandes miellées étant passée, ils n’auront plus le temps de rentrer beaucoup de provisions. Il faudra donc les aider à faire leurs réserves d’hiver. Sauf incident, elles nous le rendront bien dans les années à venir.