Tout apiculteur est tenu de déclarer, chaque année entre le 1er septembre et le 31 décembre, les colonies d’abeilles dont il est propriétaire ou détenteur, dès la première colonie détenue. La déclaration de ruches est à réaliser en ligne  sur le site :

www.mesdemarches.agriculture.gouv.fr.

Cette procédure simplifiée (sans mot de passe, ni login) permet l’obtention d’un récépissé de façon immédiate.

Le N° d’apiculteur (NAPI) est demandé lors de la procédure. Les apiculteurs n’ayant pas de numéro NAPI, ou l’ayant égaré, se verront attribuer un nouveau de façon immédiate.

ou avec le document Cerfa à renvoyer à GDS Bretagne Antenne de Rennes, Rue Maurice le Lannou CS 74241, 35042 Rennes Cedex

Varroa destructor :

Tout apiculteur connaît l’acarien, présent depuis les années 80 en Europe dans les colonies d’abeilles Apis mellifera.

C’est le risque biologique principal de nos colonies d’abeilles.

Par contre, il connaît moins la Varroose,  résultat de l’envahissement de la colonie par quelques milliers de varroa. La varroose cela peut être l’effondrement d’une colonie, ou une colonie affaiblie devenue bourdonneuse ou réduite au pillage.

Le couvain en mosaïque est un signe de la varroose, c’est le début de l’envahissement et cela peut finir par une désertion. L’évolution n’est pas brutale mais insidieuse, les premiers signes sont des colonies moins dynamiques et une diminution de la production de miel. Puis des abeilles aux ailes déformées et à l’abdomen rétréci font leur apparition, certaines ne peuvent pas émerger, des varroas sont visibles .Des complications virales, bactériennes ou fongiques sont fréquentes.

Si aucune mesure n’est prise, l’effondrement de la colonie parasitée est la règle après 3-4 ans d’évolution.

Les visites sanitaires sont importantes et à renouveler si le doute existe sur l’état de santé d’une colonie. La présence de quelques centaines de varroa peut passer inaperçue surtout si la colonie est forte pendant la saison de production. Comment savoir si la colonie à un niveau d’infestation élevé et risque  de s’effondrer ?

En contrôlant l’infestation des colonies par varroa.

Depuis  2016 il existe un réseau « sentinelle » de compteurs de varroa en Bretagne grâce au GDS Bretagne.

Deux méthodes de comptage sont utilisées :

-Celle des chutes naturelles des varroas phorétiques noté VP (varroa femelle reproductrice présente sur les abeilles avant de pondre dans les alvéoles) : en avril, mi-juin, mi-juillet  pour connaître les niveaux d’infestation et pourvoir prendre des mesures de traitement ;

En novembre pour vérifier l’efficacité du traitement après le retrait des lanières.

Pour cela il faut disposer de fond de ruche grillagé  muni d’un tiroir où l’on place un lange graissé pour piéger le varroa après sa chute. Les comptages se font sur une période de 3 à 5 jours en fonction de l’importance des chutes et des débris de cire et sont exprimés en nombre de varroa/jour.

-Celle du comptage des VP présents sur les abeilles adultes grâce à une technique de lavage d’un groupe de 300  abeilles nourrices piégées dans un récipient (par ex le Varroa Easy check de Vétopharma) afin d’en extraire les VP qui sont dénombrés et exprimés en VP pour 100 abeilles.

Ces résultats peuvent être reportés dans le Registre d’Elevage de l’apiculteur, dossier qui regroupe les évènements importants des colonies du rucher : périodes de traitements, produits utilisés, les ordonnances, les nourrissements date et nom des produits,…

Permanence au local du GDSA 56 à Guénin au lieu-dit Koh-Koëd

Le dépôt de matériels d’apiculture situé à la chapelle de Koh Koed en Guénin sera ouvert le plus souvent les 1er et 3ème samedis de chaque mois de 14h30  à 17 H30.

Soit : le 16 février, le 2 mars, les 6 et 20 avril, les 4 et 18 mai, les 1er et 15 juin, les 6 et 20 juillet, les 3 et 17 août, le 7 septembre, les 5 et 19 octobre.

Distribution des médicaments en 2019 : à Koh Koet : 06 avril 2019 et le 20 juillet 2019

Les Assemblées générales se tiendront le samedi 9 mars 2019 (chez Jo et Carmen à Réguiny) et le samedi 7 septembre 2019 (lieu à définir). Il n’y aura bien évidemment pas de vente au local lors de ces deux journées.

Les Médicaments anti-varroa avec AMM proposés en 2019

Le GDSA  56 a fait le choix en concertation avec le  GDS Bretagne d’utiliser les lanières d’APITRAZ  (même principe actif, à la même concentration que Apivar). Ce qui change c’est la taille de la lanière : 25 cm, le poids  27.5 g , la composition du support .

Les tests d’efficacité effectués par la FNOSAD en 2017 ont montré que l’APITRAZ était supérieur à  l’APIVAR et son action serait plus rapide.

L’Apiguard et l’Apilife var  seront disponibles pour les apiculteurs qui souhaitent utiliser des produits à base de thymol.

Comme les années précédentes, nous sommes tenus de ne délivrer les produits contre le varroa, qu’en fonction du nombre de ruches que vous avez déclaré.

Exemple : si vous déclarez avoir 5 ruches, vous ne pouvez commander qu’1 étui de 10 lanières APITRAZ.

Si vous modifiez, votre nombre de ruches en cours d’année, achat de colonies, cueillette d’essaims …  et si vous désirez les traiter, vous devez actualiser votre nombre de ruches en faisant une demande complémentaire d’étuis de lanières ou autres produits au mois de juin ou juillet.

Le but du PSE du GDSA 56

C’est le contrôle de la Varoose, avec pour objectif de limiter le développement du parasite en dessous d’un seuil préjudiciable pour la colonie qu’on peut estimer à 1000 varroas par colonie en cours de saison et 50  pendant la période hivernale. Si ces seuils sont dépassés, la ruche produira moins de miel, sera affaiblie et passera l’hiver dans de mauvaises conditions compromettant la saison suivante.

Un traitement est donc obligatoire en fin de saison après la dernière miellée, au moment où les abeilles d’hiver commencent à émerger. L’utilisation des lanières à base d’amitraze : Apivar ou Apitraz  pendant 10 semaines au contact des abeilles et au centre de la grappe en respectant les recommandations du fabricant est proposée par le GDSA.

Les médicaments avec AMM à base de thymol sont  dépendants pour une bonne efficacité de la température extérieure (optimum 20-25 °C), contrainte que l’on n’a pas avec les lanières.

Le contrôle de l’efficacité du traitement est recommandé 10à15 jours après le traitement de fin de saison.

Les chutes naturelles de varroa, au travers du fond de ruche grillagé sont enregistrées sur une période de 5 à7 jours.

En hiver il ne doit pas tomber plus d’un varroa sur deux jours.

Au printemps, au démarrage du couvain, l’utilisation du Varroa Easy Check commercialisé par Vétopharma  permet de contrôler le pourcentage de VP sur les ouvrières, le seuil à ne pas dépasser est de  1 VP pour 100 abeilles.

En novembre, après le traitement quand le couvain diminue  le seuil à ne pas dépasser est de 1 VP pour  200 abeilles.

Frelon asiatique :

Pour tout savoir sur le frelon asiatique

FDGDON 56   www.fredon-bretagne.com

MNHN (Museum National d’Histoire Naturelle) : frelonasiatique.mnhm.fr.

Sur notre département ACB SAB (Association Centre Bretagne sauvegarde des Abeilles bretonnes) lutte pour préserver et sauvegarder les abeilles de nos ruchers. Ses membres reçoivent une formation certibiocide et en partenariat avec les communes interviennent en détruisant les nids de frelons asiatiques. Pour l’année 2018, malgré les piégeages l’association a détruit plus de 900 nids sur le secteur de Pontivy.

Autre exemple de lutte, celle de Monsieur Le Boudec et son association  de lutte contre le frelon asiatique sur Brech et les communes limitrophes pour 2018  :

« Nous en sommes à 6 nids secondaires à moins de 5 m pour l’instant tous détruits par les apiculteurs de notre association. Un 6 ème vient de m’être signalé. Pour l’instant le nombre de nids secondaires est en forte baisse par rapport aux années précédentes. 2016 : 59 ; 2017: 18

Nous n’avons pas ou peu de frelons sur les ruches. Ceci est le résultat de notre action piégeage des fondatrices au printemps. Cette année 120 piégeurs nous ont ramené leurs fiches totalisant 5400 captures. En réalité, celles-ci ont été plus importantes car nous avons distribué 300 pièges (1 par ménage). Tous les Brec’hois ont reçu un flyer : lutter contre le FA via le bulletin municipal. Nous avons accompagné cette action par plusieurs journées de formation. Le piégeage est intensif et de courte durée pour préserver les insectes utiles. Tous les pièges sont retirés fin mai. Seuls les apiculteurs piègent à l’automne.

Nous sommes en zone urbaine  à proximité d’Auray et péri urbaine »

Bien cordialement   – Michel Le Boudec

Aethina Tumida :

Petit coléoptère des ruches, l’actualité est sur la plateforme ESA de L’ANSES : www.plateforme-esa.fr.

Thématique  abeilles, troubles des abeilles. De nouveaux foyers sont recensés en Italie du sud.

OMAA : Observatoire des Mortalités Aiguës et Affaiblissements des abeilles.

Jusqu’au 31 juillet 2019, un guichet unique est ouvert pour déclarer tout trouble de santé sur les abeilles.

La prise en charge est gratuite pour les maladies de catégorie 1(Loque américaine et Nosémose à Nosema apis) .

Les cas de mortalités massives sont pris en charge par le SRAL).

Tel : 02 44 84 68 84     – Courriel : declaration-omaa@gtv-bretagne.org

Le Conseil d’Administration du GDSA 56